Les maisons en bois, ils en ont fait leur spécialité

maison en bois

Les maisons en bois, ils en ont fait leur spécialité

Les routes de Thierry Dambrine et de Gérard Monsterleet se sont croisées après avoir décroché leur BTS, l’un en profession immobilière, l’autre en système constructif bois et habitat. Ensemble, ils se sont associés et ont imaginé des maisons en bois… Depuis 2005, leur entreprise a bien grandi.

« Quand on s’est lancé en 2005, raconte Thierry Dambrine, avec Gérard Monsterleet, on a créé une SCI. » Les deux hommes fraîchement diplômés ont mis leurs compétences en commun. « On achetait des terrains, on construisait dessus et on louait. » Des maisons à ossature bois qu’ils ont montées eux-mêmes dans un premier temps. « On faisait tout de A à Z. » Et puis en 2009, ces opérations fondées sur l’emprunt sont apparues trop risquées pour les banques qui ont retiré leurs billes.

La cantine scolaire à Loison, c’est eux

Cantine scolaire en ossature bois

Le duo n’a pas pour autant lâché l’affaire. Forts de leur expérience et d’une quinzaine de maisons construites, d’investisseurs, ils sont devenus artisans et ont créé en 2010 Alternative bois concept. Aujourd’hui, ils ont mené une centaine de projets. « Pour la moitié, de la maison individuelle. Et pour le reste, il s’agit soit d’extensions, soit de réponse à des marchés publics. » La cantine scolaire de Loison-sous-Lens, il y a deux ans, ce sont eux. Actuellement, ils s’affairent autour de la salle de sport du collège Saint-François à Bouvigny-Boyeffles. « Nous sommes sur une surface de 1 000m2. Nous préfabriquons les éléments dans notre hangar et nous les stockons avant la mise en place. » Un mode de construction qui par rapport aux habitations traditionnelles garantit une certaine rapidité d’exécution : « Pour un chantier traditionnel, il faut compter un an. Nous, c’est six mois ».

Les deux hommes qui, aujourd’hui, emploient huit personnes ne lésinent pas dans le choix des matériaux. « Si ce n’est la dalle béton, tout est recyclable. On s’applique en termes d’isolation afin d’engendrer des économies d’énergie. » Thierry y tient lui qui vient de décrocher un diplôme de concepteur de maison passive (maison en bois). Si l’ossature est en bois, pour le bardage, les possibilités sont multiples de la brique aux essences de bois type mélèze, en passant par l’enduit ou des panneaux de façade composite. Les deux acolytes apportent un soin particulier à chaque projet : « Quand on arrive sur un terrain, on sort notre rose des vents afin de proposer la meilleure orientation. L’implantation est primordiale pour optimiser une maison en bois. »

source : La voix du nord

Posted in

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *